Partagez | 
 

 everytime the moon shines I become alive (Mia)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité


MessageSujet: everytime the moon shines I become alive (Mia)   Mer 26 Avr - 21:30

Il y a encore une heure ou deux, la lune, pâle régente de la nuit, se dissimulait timidement derrière un châle de nuages, pareille à une jeune fille qui dresserait un fin mouchoir brodé entre ses grands regards ingénus et le reste du monde – il y a encore une heure ou deux, tu marchais droit, le joint au bec, la main serrant rageusement le Beretta planqué dans la poche de ton sweat-shirt. Tout autour de toi, une myriade de lumières allumées aux fenêtres des immeubles constelle l’obscurité bruyante des environs ; t’entends parfois la réminiscence d’un rire, d’un cri, dont le vent porte l’écho jusqu’à toi comme pour faire retentir plus fort le silence étouffant qui t’entoure. Chez-toi, y’a une dame lugubre et maladive qui t’attend, une présence tristement familière dont tu ne supportes plus les regards fixes, cerclés de noir ; tu l’as abandonnée y’a une heure ou deux mais tu sais qu’elle est là-bas, plantée comme un épouvantail en plein milieu de ton salon, qu’elle guette ton arrivée pour se fondre dans ton ombre et y grandir, grandir, jusqu’au petit matin – c’est l’universelle, la surréelle, la cruelle Insomnie que tu fuis... depuis une heure ou deux.

Il y a encore une heure ou deux, la lune, pâle régente de la nuit, se dissimulait timidement derrière un châle de nuages, mais maintenant elle se dévoile peu à peu, offrant aux regards curieux la blancheur iridescente de sa (sur)face – à bas les masques, à bas les masques, semble-t-elle souffler en un murmure de velours. Et c’est comme répondant à cet appel, résistant tout juste à l’envie de hurler tel le loup solitaire, que le monstre soudain s’éveille en toi – il s’éveille, il se lève et s’étire, son énorme corps se tend jusqu’à briser les chaînes qui le retiennent, et alors il rugit, il pousse un cri effroyable dont la fureur te remue l’âme toute entière. Le noir profond de tes yeux s’illumine d’une lueur fauve, tes lèvres pleines se serrent en un rictus carnassier, la prise de ta main sur le flingue se fait plus forte... Une pensée alors naît au fin fond de toi, une idée, un besoin que chaque pulsation affolée de ton cœur propulse dans tout ton corps. Ton pas s’accélère, ta main se défait brusquement de l’arme et s’empare de la bouteille en plastique à moitié vide – mélange de vodka et de jus de pomme – dans ton autre poche.

Tu t’enfonces dans l’obscurité horrifique d’un petit parc en buvant goulûment, désespérément – le goût âcre de la vodka te brûle de l’intérieur, attisant le feu de ta folie au lieu de l’apaiser. Tu t’enfonces, en priant à la fois pour ne croiser personne et pour croiser quelqu’un – parc’qu’à c’tte heure-ci, tu le sens, tu le sais, t’as l’envie oppressante, étouffante, de buter quelqu’un. N’importe qui.
Revenir en haut Aller en bas
 
everytime the moon shines I become alive (Mia)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» AN OPEN LETTER TO BAN KI-MOON
» bad moon à 1500pts
» La Waaagh Kassos, les Bad Moon's Killa
» Orks: Bad Moon
» armée bad moon

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
KILLING ME SOFTLY :: les poésies perdues-
Sauter vers: