Partagez | 
 

 SCATTERED TRUTHS. (branwell)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité


MessageSujet: SCATTERED TRUTHS. (branwell)   Ven 14 Avr - 19:26

scattered truths
varlaam & stella


Tu chipotes avec le bout de ta fourchette dans ta nourriture. T'es pas dans ton assiette, ce soir. T'es pas toi, Stella. Stella la souriante, Stella la rêveuse, Stella la joyeuse, elles sont toutes absentes à ce repas. À table, il y a tes parents, Bloom qui mange en silence et Stella la vide, la fatiguée d'avoir parcouru la ville toutes les nuits pendant une semaine pour ... Bah tu sais même pas pourquoi au final. Manger en famille, se réunir autour de la table pour parler de sa journée, bonne ou mauvaise, ça a toujours été une tradition. Pas de téléphone, pas de télévision, juste ton père, ta mère, es éventuels invités, toi et à manger. C'est une façon, chez les Branwell, de laisser le monde extérieur et de se reconnecter en famille, mais ce soir, t'as juste envie d'en finir et de partir t'enfermer dans ta chambre. T'oses pas les regarder, ces deux innocents. T'as pas envie de leur mentir encore une fois sur ce que tu faisais aujourd'hui. Non, tu n'es pas allée à l'orphelinat pour t'occuper des enfants, cette après-midi. Cette après-midi, à la base, tu devais répéter et Seth a débarqué comme un boulet de canon pour tout ravager. Comme d'habitude. Puis y a eu les coups de feu aussi. Tu déglutis rien que d'y penser, t'as des frissons dans le dos.

T'attends que quelqu'un pose une question pour engouffrer une énorme fourchette pleine dans ta bouche et pouvoir éviter de répondre parce que tu mâches. T'as pas envie de jouer la comédie de la fille parfaite quand t'as l'impression de les trahir à chaque fois que tu cherches à contacter Seth, chaque fois que tu quittes la maison au milieu de la nuit pour le voir. Tu ne fais rien de vraiment mal, pourtant, mais t'as toujours cette sensation de salir le nom des Branwell, d'être une fille indigne. T'es pas bien, ce soir, Stella. T'es cloîtrée dans ton silence, t'entends l'horloge au mur tiquer chaque seconde qui passe. Le temps est long. Connaissant tes parents, ton père surtout, ils savent que quelque chose ne va pas. Il n'y a rien qui va de toute façon dans cette ville. Tu perds espoir. Toi, Stella, la rêveuse aux ambitions trop grandes, tu perds espoirs. C'est le début de la fin.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: SCATTERED TRUTHS. (branwell)   Sam 15 Avr - 13:42

scattered truths
varlaam & stella


Le silence est assourdissant, interrompu par le faible claquement des fourchettes, des dents qui grincent et des regards qui s'évitent. Il a les yeux plongés dans le vide, Varlaam, comme obnubilé par le mince filet de poussières qui danse dans les airs. Il aimerait déchirer cet insupportable silence de sa puissante voix, mais il ne saurait quoi dire, hormis débiter un énième mensonge. Ça lui ferait mal au cœur, que de regarder son enfant dans les yeux et de lui raconter ô combien sa journée a été ennuyante, alors qu'en réalité, il était trop occupé à festoyer avec des criminels. Peut-être même que sa femme se rendrait compte que sa voix tremble et que ses yeux évitent soigneusement les siens et alors, elle saurait ; elle saurait que Varlaam ment et qu'il n'est plus le mari aimant qu'il était autrefois. Elle insisterait pour savoir la vérité, elle qui n'abandonne jamais, et Varlaam craquerait. Elles sauraient tout et alors, l'horrible vérité éclaterait devant ces quatre témoins, impuissantes. Tout sauf ça, qu'il se répète dans sa caboche. Il préférerait encore passer l'arme à gauche plutôt que de se faire haïr par ces deux précieuses femmes.
Alors ses deux billes s'ancrent fermement sur son assiette et il se répète, encore et toujours, qu'il est un mari minable et un père pathétique. Et puis, il y a le silence de son enfant qui l'interpelle soudainement, alors qu'elle joue tristement avec sa fourchette. À l'image de son père. Il est frappé par son attitude à lui, aussi ; celle d'un paternel qui ressemble un peu trop au monstre qu'il a connu durant son enfance. Son père ne se souciait jamais de lui, gamin. Son regard fouille alors l'assemblée, croise celui de son épouse. Le raclement de sa gorge vient briser le silence, casse cette interminable souffrance et ce long mal aise. Il ne sait pas quoi faire pour meubler ce silence, faire taire ce bruit insupportable, alors il lance la première chose qui lui vient à l'esprit : « Il fait beau, aujourd'hui. Dommage que j'sois pas sorti. » Le premier mensonge est lancé, aussi innocent que puissant. Il croise à nouveau le regard de son épouse, alors qu'il avale une bouchée de cette nourriture sans saveur.
Il entend la voix de sa femme, à la fois douce et autoritaire, lui balancer un je-ne-sais-quoi, mais il est trop concentré sur son paraître pour écouter. Il hoche la tête, machinalement. « Et toi, Stella, ça a été à l'orphelinat ? » Il fait mine de couper sa viande un peu trop longtemps, un peu trop longuement pour paraître naturel. Il sent ses mains trembler, comme toujours lorsqu'il se contient trop. Vite, il avale un morceau sans y prêter attention ; peut-être que s'il se dépêche de manger, le repas se terminera plus vite.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: SCATTERED TRUTHS. (branwell)   Mar 18 Avr - 11:00

Il a parlé. C'est le signal, Stella. T'enfournes une fourchette de pomme de terre en bouche, tellement grosse que tu peines à marcher. Tu acquiesces d'un mouvement de la tête à sa remarque. Toi aussi, tu l'as vu, le beau temps, à travers la fenêtre du studio. Tu regardais pour voir ce qu'il se passait dehors. Il faisait beau aujourd'hui, mais ça n'a pas empêcher ces personnes d'user de la violence.  Tu fermes les yeux. Tu tentes de ne pas te souvenir de ton état de choc en entendant les détonations. T'as pas l'habitude de ce climat de haine. T'as pas l'habitude parce que personne ne t'y a préparée. On t'a trop couvée, Stella, y a personne qui t'a prévenue. Cette après-midi, pour la première fois, t'as  réellement entendu ce que c'était des coups de feu. Cette après-midi, y a une part de toi qui est morte, prise par les balles, Stella. Chaque jour, tu réalises un peu plus dans quel monde tu vis. Chaque jour, tu t'enfonces un peu plus dans cette réalité affreuse.

Tu lèves ton regard de ton assiette presque intouchée. Les yeux de toutes les personnes autour de la table se trouvent posés sur toi. T'avales ce qu'il te reste en bouche, en toussant. T'as avalé de travers. Tu tousses encore en saisissant ton verre d'eau. Tu jettes un coup d'oeil rapide autour de la table en buvant. Tu te demandes s'ils savent. T'as l'impression d'être mise à nue. T'as l'impression qu'ils savent pertinemment que tu mens et ils n'attendent qu'une chose, c'est que tu te trompes dans tes mensonges. Tu deviens paranoïde, Stella. T'aimes pas leur mentir ouvertement, tu préfères omettre des informations, mais aujourd'hui, tu n'as pas le choix, il n' a que a première solution. « Euh ... Oui, oui. Ils ont voulu que je leur fasse une pièce avec les marionnettes ... » Tu baisses encore une fois les yeux vers ton assiettes, incapable de les regarder en face en racontant tes histoires. « Je ne suis pas certaine de les avoir impressionné avec mes talents d'improvisation. » Tu lâches un petit rire, pas totalement convainquant. Tu t'éclaircis la voix en regardant ton père. « Pourquoi tu n'es pas sorti pour profiter du beau temps, Papa ? » Tu tentes de changer de sujet, passer à autre chose. T'as les mains moites, Stella, t'aimes pas cette situation. T'attends qu'une seule chose : que le repas se termine.
Revenir en haut Aller en bas
 
SCATTERED TRUTHS. (branwell)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» GABRIELLE & ANTIOPE ◈ pictures perfect memories scattered all around the floor

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
KILLING ME SOFTLY :: les poésies perdues-
Sauter vers: