Partagez | 
 

 Dear hearts and gentle people

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité


MessageSujet: Dear hearts and gentle people   Jeu 13 Avr - 3:00

Raph Prevost
a man chooses, a slave obeys


MORE ABOUT ME
↝ NOM : Prevost. ↝ PRENOM : Raphaël. La mère Prevost imaginait son fils devenir un grand artiste avant même sa naissance, et jugea opportun de l'affubler d'un prénom de peintre dans l'espoir de forcer un peu le destin. Ça n'a pas été très fructueux. ↝ ÂGE : Trente-cinq ans. ↝ DATE ET LIEU DE NAISSANCE : Un 12 octobre au matin, à Détroit. ↝ ORIGINES : Sa famille est d'origine française, d'anciens entrepreneurs venus développer leurs activités dans le Michigan, bien avant que la situation de la ville ne se dégrade de façon dramatique. ↝ MÉTIER OFFICIEL : Diverses activités illégales liées au gang, trafic d'armes, drogues, proxénétisme. Ce genre de banalité. ↝ GANG ET STATUT : Lost children, le second. Celui qui s'assure que la coupe du patron est toujours pleine, et ramasse sans rechigner la sale besogne dont le boss ne veut pas s'encombrer. ↝ ORIENTATION SEXUELLE : Il n'a d'yeux que pour les femmes. Fou de leur parfum enivrant, de leur crinière soyeuse, de leurs courbes renversantes. ↝ STATUT CIVIL : Célibataire, jamais une femme n'est restée dans son lit au-delà de l'aurore. ↝ SITUATION FINANCIÈRE : Plutôt confortable actuellement, mais ça n'a pas toujours été le cas. ↝ AVATAR : Redmayne ↝ GROUPE : Brass knuckles.

↝ CARACTÈRE : Le calme, l'indifférence. Méfiez-vous de l'eau qui dort, il n'existe pas de meilleure façon de dépeindre le tempérament de Raphaël. Une figure emblématique du gang qui a su faire ses preuves et se hisser parmi les plus haut rangs, malgré ses airs de chérubin innocent, trompeurs. Il est tout sauf un saint homme, mais peut-être le seul à essayer de limiter la violence et la casse autant que possible, considérant que le sang est une nuisance pour le business. Ça ne l'empêchera de filer une mandale à ceux qui croient pouvoir le duper, voire même leur coller une balle entre les deux yeux s'il faut en arriver là. Le genre de type amical, avenant, qui vous poignarde dans le dos à la première occasion pour peu que vous ayez trahi sa confiance. Et parallèlement, quelqu'un de très généreux et protecteur envers ses semblables, un camarade d'une loyauté sans faille. Raphaël, c'est mieux de l'avoir dans son camp, en général.

Code:
<pris>eddie redmayne;</pris> <nomp>raphaël prevost</nomp>
↝ Ta maison brûle, t'accuses qui en premier ? : Il n'accuse personne sur le moment, à défaut d'avoir des preuves, même s'il sait que ça ne peut être qu'un de ces justiciers du dimanche de Merry Men, ou bien un quelconque rat d'un petit gang sans envergure qu'il a piétiné. Mais il est préférable pour le coupable de ne pas laisser la moindre preuve ni le moindre soupçon derrière son passage.
↝ Toujours en feu, t'as le temps de sauver trois choses. Tu prends quoi ? : Rien ne vaut la peine de prendre de tels risques. Il abandonne tout aux flammes ardentes, car il n'a rien Raphaël, rien qui vaut la peine de se battre si ce n'est sa fierté. Il ouvre quand même la cage du perroquet pour le laisser s'enfuir, tout le reste peut brûler sans que ça l'affecte un seul instant.
↝ Maintenant que l'incendie est passé, t'as prévu quoi pour te venger ? : Trouver le coupable, anéantir le peu de dignité qu'il reste à ce cloporte. Le balancer à la flotte avec du ciment aux pieds puis faire passer cet incendie pour une maladresse de sa part.
↝ Et le Maire qui dit qu'il veut reconstruire la ville en mieux, tu lui fais confiance à ce barjot ? : Une vaste blague, une ambition risible et irréalisable tant que la ville appartiendra encore aux lost children.



No gods or kings.
Only man.
01. Elle était belle, Agnès Prevost. Passionnément. Dramatiquement. Une fée égarée dans la jungle hostile qu'est Détroit, le pantin d'un immonde gangster qui la dompta avec une aisance enfantine. De belles paroles, un idéal commun, la gamine se laisse bercer d'illusions et s'embourbe dans cet univers malsain, dilapide l'intégralité de son héritage dans des jeux d'argent. Jusqu'au jour où elle donne naissance à un petit garçon entre deux poubelles au détour d'une rue malfamée. Aucun foutu souvenir de l'identité du père, mais elle se promet tout de même de ne plus jamais recommencer ses bêtises, pour le bien de son enfant. Dix ans plus tard, elle meurt d'une balle qu'elle se tire elle-même dans la tempe lors d'une stupide partie de roulette russe, sous les yeux de son fils. L'abandonnant à la gangrène, à la pourriture de ce monde, seul.

02. Son bienfaiteur, un gangster du quartier qui le recueille quelques semaines après la mort de sa génitrice, dans son immense mansuétude. Raphaël a toujours baigné dans le milieu de la criminalité, difficile de l'imaginer emprunter un chemin différent de celui tout tracé devant lui. Le crâne bourré de rêves naïfs, alimentés par la fausse bienveillance de ce père adoptif qui ne cherche qu'à s'en faire un larbin de plus. Il fait passer sa sévérité et sa distance pour de l'affection, cela semble sincère aux yeux innocent d'un gamin qui n'a rien. Peut-être qu'il le sait, dans le fond. Mais il ne peut se défaire de ce besoin d'avoir une figure paternelle à idéaliser, un modèle à suivre aveuglément.

03. Les premiers signes de rébellion apparaissent en même temps que cette bande de gamins bruyants qui errent dans les rues toute la sainte journée et imposent leur loi aux plus faibles. Il suffit d'une banale provocation envoyée en l'air, hé toi le fils de putain, pour que le coup de poing dans le nez parte tout seul comme un boulet de canon. Il en a déclenché des bagarres, il en a chopé des cocards, jusqu'à ce qu'il finisse par se faire respecter et être considéré comme un des leurs, sans trop savoir comment ni pourquoi. Des copains tous issus d'un milieu défavorisé, tous dans la même misère, soudés face à la noirceur de cet univers. Il les a aimés comme des frères, ces petits gars avec qui il a fait les quatre cent coups, joué au football en bas de l'immeuble tous les soirs comme un rituel. Et cassé quelques vitres dans le voisinage avec le ballon.

04. La vie est simple fiston, tu suis les règles et tu fais ce qu'on te dit de faire. Jusqu'à ce que tu sois assez grand pour établir toi-même tes propres règles. Le chef énonce les faits avec un tel calme, le cigare fumant coincé entre ses dents en or, pendant qu'il compte méticuleusement les billets. Le jeune homme avale ses paroles et il observe, attentif, les gestes qui se répètent comme un métronome. Des liasses et des liasses entassées sur la table, l'argent de la drogue qu'il fait circuler dans le quartier. Un trafic peu scrupuleux auquel Raphaël participe déjà, à l'âge de quinze ans seulement, sous la bénédiction de son tuteur qui se réjouit d'avoir dressé le gamin comme il faut.

05. Un criminel, une belle ordure, voilà ce qu'il est devenu en suivant stupidement les traces de cet homme qui l'a transformé en monstre. Ses pupilles vacillantes s'accrochent au cadavre qui gît devant ses yeux, ses mains tremblantes lâchent négligemment le fusil à pompe sur le sol. Une sombre histoire de mensonge, de trahison, qui l'a conduit à devoir faire un choix entre mourir, et tuer. Abattre de sang froid cet homme qui lui a offert un toit et l'a élevé. Le même homme qui a cherché à se débarrasser subtilement de Raphaël lorsque ce dernier a commencé à lui faire de l'ombre. Désorienté, il perd les pédales. Il sait qu'il est allé trop loin, qu'il ne pourra plus faire marche arrière maintenant que le coup de feu est parti. La machine est lancée, son avenir tout tracé.

06. Le cœur de glace, ébranlé par l'égoïsme d'Agnès ancré dans sa mémoire, est incapable de s'ouvrir à qui que ce soit. Le jeune garçon est devenu un homme et a grandi avec la conviction immuable que les femmes sont perfides et foncièrement hypocrites. Il les accueille dans ses bras et leur offre une épaule réconfortante lorsqu'elles en ont besoin, comme un vrai gentleman. Le chevalier servant se laisse enivrer par la douceur féminine, tout en se fixant des limites bien définies. Il ne leur fait pas confiance, à toutes ces princesses, il sait qu'elles finiront un jour par le trahir comme sa mère l'a fait il y a vingt-cinq ans.

07. Un Colt Python, l'arme redoutable qu'il a appris à manier parfaitement au fil des années, aussi efficace pour tirer avec précision que filer des coups de crosse bien sentis dans la caboche. Le même modèle que le revolver que sa mère a braqué dangereusement sur sa tempe, identique à celui avec lequel elle s'est tué. Pour ne pas oublier le point de départ de l'enchaînement de désastres qui a rythmé sa vie, probablement. Animé par l'instinct sauvage qui rugit en lui et lui dicte d'arracher autant d'âmes que toutes celles qui ont tourmenté sa pauvre mère, établir ses propres règles avec la menace virulente du canon de son flingue.

08. Il parle couramment la langue de Molière, même s'il n'a jamais mis les pieds en France. Il n'a jamais connu le pays d'où vient sa famille, et pour ne pas qu'il oublie ses racines, sa mère a mis un point d'honneur à lui apprendre à parler le français dès qu'il fut capable d'articuler deux mots à la suite. Le seul héritage qu'il lui reste de sa famille, peut-être la seule chose que l'effrontée a fait de bien pour son fils. Il lui arrive régulièrement de laisser échapper quelques jurons en français lorsqu'il est contrarié, qu'importe l'incompréhension de ses interlocuteurs.

09. Il n'a pas eu d'autre choix que de continuer de suivre le sentier dangereux sur lequel il s'est engagé. Un grand débrouillard, un battant que rien ne peut arrêter, une motivation inébranlable qui brûle encore en lui avec la même ardeur qu'au premier jour. Fourré très rapidement dans des affaires illégales, de nouveaux partenaires, de nouvelles cibles. Le rouquin n'a pas tardé à se faire enrôler par les lost children, le pauvre gars paumé que personne ne prenait au sérieux avec sa gueule d'ange et sa tignasse de feu. Le même qui a su s'imposer et se faire entendre, à force de hurler sa haine à plein poumons. Laisser s'exprimer toute la colère qui bouillonne en lui depuis des années, contre laquelle il a tant lutté en silence.

10. Business is business. Aujourd'hui, il ne se borne à aucune limite dans ses activités quotidiennes. Son influence grandissante lui a permis de s'immiscer dans divers trafics, tout en se débarrassant facilement de la concurrence, écrasant tous les obstacles sur son chemin, grâce au simple nom des lost children. Il se dévoue corps et âme à la cause du gang, lui l'orphelin dévasté, le pantin désarticulé qui ne croit plus en rien, si ce n'est au pouvoir infini qu'apporte le fric accumulé un peu plus chaque jour, à ne plus savoir quoi en faire. Parfois, il vit cette nouvelle richesse comme une forme d'emprisonnement de l'âme. Il ne se l'explique pas vraiment.

11. Raphaël est une bombe à retardement. Purement et simplement. Nul ne saurait l'arrêter une fois l'explosion amorcée. Pourtant d'un calme olympien au quotidien, aussi imperturbable qu'une statue de pierre, l'humour vache accompagne chacune de ses paroles sans jamais se prendre au sérieux. Ses expériences dramatiques lui ont forgé des nerfs d'acier, un mental impénétrable. Un sang-froid hors du commun. C'est quelqu'un qui n'aime pas la violence, Raph. Il déteste par-dessus tout faire couler le sang inutilement et s'efforce de défendre ce semblant de libre arbitre auquel il est très attaché, pour lequel il s'est tant battu. Différent des autres de par ses manières singulières, sa façon bien à lui de protéger proprement les intérêts du gang. Pourtant, personne ne le dit mais tout le monde le sait : ses mains sont tâchées de sang depuis longtemps, son arme a déjà arraché de nombreuses vies et répétera l'opération autant de fois que nécessaire. Il économise ses munitions, qu'il répond avec arrogance quand on le fait chier.
Et parfois, la bombe explose. Il a déjà tabassé à mort un pauvre type qui l'a pris pour un con pendant une transaction un peu spéciale, dangereuse de par la nature de la marchandise. Il l'a fait, devant les yeux stupéfait de cinq de ses camarades qui n'ont plus jamais remis son autorité en question.

12. La boule de noirceur qu'il incarne a des bons côtés, aussi. L'âme de l'enfant pur qu'il a été ne s'est jamais vraiment éteinte, enfouie quelque part au fond de ce foutoir de négativité et de corruption, la flamme brûle encore et subsiste malgré les tempêtes. L'innocence écorchée par ces années difficiles, tourmentée par les mensonges des adultes qui l'ont élevé, s'est mué en instinct protecteur envers tous ces autres gamins paumés qui lui ressemblent. Aucune marque d'affection, à part peut-être une tape amicale sur l'épaule de temps à autre, rien dans son comportement ne retranscrit cette petite faiblesse chez lui. Elle est pourtant bien réelle, authentique. Il le prouve à sa manière, par sa loyauté indéfectible et sa présence dans tous les moments difficiles.

13. Au premier regard, il n'a pas l'air trop amoché, le fils Prevost. Fort et bien portant, pourtant de nombreuses cicatrices sur son corps témoignent de la vie mouvementée qu'il a mené. Parfois des bagarres, parfois des élans de sadisme de la part de son tuteur, ou simplement la malchance, les aléas de la vie. Il ne s'amuse pas à exhiber ses blessures de guerre, sans pour autant chercher absolument à les cacher. Elles font partie intégrante de sa personne.

14. Des cris d'oiseau soudain, le grincement aigu insupportable de la minuscule cage inappropriée lui éclate les tympans. Il aurait bien enfoncé ce piaf braillard dans le mur, mais il en est incapable, il le sait pertinemment. C'est une rencontre inattendue, un perroquet blanc à crête jaune gueule devant chez lui depuis deux jours, un petit gars tombé du ciel, abandonné là par on ne sait quel salaud sans cœur. Il l'a adopté, lui a offert la chaleur d'un foyer et une cage plus grande, surtout. L'oiseau, le symbole de liberté lui rappelle qu'il a bien de la chance d'avoir réussi à sortir la tête de l'eau. Il l'a nommé René Descartes, le premier nom célèbre français qu'il a connu. Un nom bizarre pour un simple perroquet, mais il s'en fout.

15. Dans sa tête, la nuit chante, l'obscurité l'arrache régulièrement de son sommeil pour le pousser à quelques activités nocturnes avec d'autres membres du gang. Des parties de poker amicales autour d'un verre de whisky et d'un bon cigare. Ces moments de sérénité lui sont chers, il oublie tous ses tracas, fait le vide dans son esprit. Il trouve ça stimulant, le poker. En creusant dans sa mémoire, il parvient même à retrouver des bribes de souvenir de sa mère et de la divine mascarade qu'elle exécutait tous les soirs devant la table de poker. Entourée de vautours avides qui se bousculaient pour lui pomper son argent. La hantise de toute une vie. Elle était si fabuleuse, Agnès Prevost...


↝ VOTRE PSEUDO : j'ai pas vraiment de pseudo sur les forums ↝ PAYS : fr ↝ FRÉQUENCE DE VISITE : souvent car je bosse chez moi, mais ça m'empêche pas d'être lent ↝ OU AVEZ-VOUS CONNU LE FORUM ? : dans les abysses d'un top site ↝ T'AS PEUR DE QUOI ? : des poupées ↝ UN MOT A RAJOUTER : j'suis crevéééé ↝ CREDITS : ;)


(c) killing me softly / 2017
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Administratrice en folie

≡ à détroit depuis : 30/03/2017
≡ coups donnés : 334

≡ crédit : angie

MessageSujet: Re: Dear hearts and gentle people   Jeu 13 Avr - 7:04

J'adore ton image de ouf genre, oui, c'est la solution aux problèmes du monde ce pokémon
Je peux pas m'empêcher de penser au coiffeur avec ton pseudo :MDR:
Bienvenus chez toi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Dear hearts and gentle people   Jeu 13 Avr - 10:08

ALORS TOI
J'ai stalké ton profil pour savoir qui t'allait prendre comme avatar.
PUIS
T'as pris Eddie et j'étais
PUIS
T'as posté ta fiche donc je suis là
DU COUP
Bah j'attends la suite

J'avoue que je voyais pas Eddie comme un LC mais ptn si, en plus, c'est un fourbe qui stab in the back, j'achète

Bref, bienvenue chez toi ! Hâte d'en savoir plus et si jamais t'as besoin d'aide, tu sais où frapper
Revenir en haut Aller en bas
avatar
bow down to bb dramaking

≡ à détroit depuis : 08/04/2017
≡ coups donnés : 195

≡ crédit : avatar: milles rêves

MessageSujet: Re: Dear hearts and gentle people   Jeu 13 Avr - 10:09

tous ceux qui arrivent ici sont trop beaux c'est ouf
bienvenue et bon courage pour ta fiche

edit: moi aussi j'ai stalké pour savoir qui t'allais prendre en avatar
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Dear hearts and gentle people   Jeu 13 Avr - 17:49

Bienvenue parmi nous
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Dear hearts and gentle people   Jeu 13 Avr - 17:51

Bienvenue parmi nous
Bonne continuation pour ta fiche

J'avoue, j'ai stalké aussi
Revenir en haut Aller en bas
avatar
innocent les mains pleines

≡ à détroit depuis : 31/03/2017
≡ coups donnés : 185

≡ crédit : pando (av)

MessageSujet: Re: Dear hearts and gentle people   Jeu 13 Avr - 19:11

bienvenue parmi nous
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Dear hearts and gentle people   Jeu 13 Avr - 22:43

Adelaide > tout à fait, ravi que mon ramoloss plaise à quelqu'un !
Et merci les autres pour m'avoir hard stalké.. c'est là que je dois m'enfuir c'est ça ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar

≡ à détroit depuis : 06/04/2017
≡ coups donnés : 80

≡ crédit : purple haze

MessageSujet: Re: Dear hearts and gentle people   Jeu 13 Avr - 23:02

Bienvenue, et bon courage pour ta fiche !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Administratrice en folie

≡ à détroit depuis : 14/11/2016
≡ coups donnés : 200

≡ crédit : Schizophrenic (avatar), tenor (gif)

MessageSujet: Re: Dear hearts and gentle people   Ven 14 Avr - 11:10

OMG OMG OMG OMG OMG OMG OMG
EDDIE, JE L'AIME excellent choix

bienvenue
bon courage pour ta fiche et j'ai hâte d'en découvrir plus sur Raphaël!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Dear hearts and gentle people   Dim 16 Avr - 11:15

Merci les copains. J'espère que mon Raph vous plaira What a Face
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Dear hearts and gentle people   Dim 16 Avr - 12:39

tu es validé(e)
tu es maintenant officiellement un membre de KILLING ME SOFTLY.





Comment j'ai hâte de voir ce que les Lost Children vont mettre en place avec des personnages comme le tien et Vuk
Tu peux aller retrouver ton gang, vas-y (ils sont en surnombre ici, tu peux pas les rater ), have fuuuun!





Maintenant que le plus chiant dur est fait, tu peux aller ouvrir une fiche de rp pour qu'on vienne te harceler de demandes (ouais, on est un peu agressif par ici, sorry). Si tu es tellement impatient(e) de jouer, tu peux aller consulter la liste des rp libres, en choisir un au hasard et y répondre. Ou tu peux en ouvrir un toi-même et aller le recenser dans le même sujet ! Si tu le souhaites, tu peux créer des pré-liens ou demander à avoir un lien avec un des prédéfinis du forum. Pour ça, il suffit d'envoyer un MP à Stella ou Johanne. D'ailleurs, si tu as le moindre problème, n'hésite pas à aller les voir (elles sont cools, promis).
Et enfin, n'oublie pas de t'amuser sur KMS, on est quand même là pour ça ! Si tu t'ennuies intensément, y a le flood qui est là pour toi et je suis certaine que tu trouveras quelqu'un sur la chatbox (parce que les admins n'ont pas de vie), sois pas timide et viens nous dire bonjour (bonsoir hein, on est pas raciste de la nuit) !

Bon jeu ♥



(c) killing me softly / 2017

Revenir en haut Aller en bas
 
Dear hearts and gentle people
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» The Haitian People Need a Lobbyist
» Rèl kay Makorèl: sanble nou gen boat people ki peri nan Boyton
» Boat-people: L'etat ne peut rester les bras croises
» ★ GLAMOUR PEOPLE
» [Forum RP] Kingdom Hearts Heaven !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
KILLING ME SOFTLY :: les âmes oubliées-
Sauter vers: